18 mai 2009

Le linge

Toto est bien embêté car sa machine à laver est en panne. La dernière fois qu’il s’en est servi, de l’eau est sortie par-dessous, pas beaucoup, mais suffisamment pour qu’il n’ose plus l’utiliser. Depuis quelques temps, la machine commençait à faire du bruit, beaucoup de bruit, et Toto avait peur que ça dérange les voisins.

Mais voilà, son linge est sale ! Comment faire ? se demanda Toto. Il y a bien une solution, mais Toto n’avait pas trop envie d’aller à la laverie automatique. Il n’aimait pas trop ces endroits. Il ne voulait pas que les gens voient son petit linge. Alors Toto a attendu le dernier moment, il a attendu de n’avoir plus rien à se mettre, et quand tous ses vêtements ont commencé à sentir mauvais, il a bien été obligé de se résoudre à se rendre à la laverie. Il a mis tout son linge sale dans un grand sac, et est sorti, tout tremblant.

La laverie était vide. Toto était bien content. Il a lu les instructions écrites sur un petit papier scotché au mur et les a scrupuleusement suivies. Il a introduit le linge dans la machine. Il a fermé la machine. Il a mis la lessive dans le tiroir… Oh non ! Toto avait oublié d’emporter de la lessive ! Comment allait-il faire ? Pas de panique, il y avait un distributeur, tout n’était pas encore perdu. Toto glissa une pièce de cinquante centimes et récupéra la lessive d’une jolie couleur bleutée dans un gobelet de plastique. À ce moment, quelqu’un est entré, un gros sac sur l’épaule. Il a salué Toto et a mis son linge à laver sans même lire les instructions. Toto le regardait, admiratif. Il se dit que, lui aussi, un jour peut-être, il serait capable de faire comme ce monsieur, de faire preuve de la même assurance. Puis il a continué. Il a mis la lessive dans le tiroir. Il a choisi son programme (le même que le monsieur). Il a glissé le jeton dans l’étrange boîte au dessus de la machine (heureusement qu’il avait vu le monsieur faire, sinon il n’aurait pas compris comment obtenir un de ces précieux jetons). Il a entendu le bruit de l’eau dans les tuyaux. Il avait réussi.

Toto s’est assis sur une chaise et a attendu. Des gens sont entrés, petit à petit. Il est resté sans bouger, les mains sur les genoux. Les gens discutaient, ils avaient l’air de se connaître. Certains parlaient des langues que Toto ne comprenait pas. Lui ne disait rien, il attendait que la machine ait terminé. Dès que ce fut le cas, il fourra bien vite le tas de vêtements mouillés dans son sac et rentra en courant.

Arrivé chez lui, il a étendu son linge sur le séchoir, puis il s’est assis sur sa chaise, encore tout chamboulé de sa nouvelle expérience. Il se calma peu à peu, se sentant de plus en plus fier d’avoir été capable de se sortir de se mauvais pas. La panne de sa machine à laver, en fin de compte, lui avait permis d’oser faire des choses dont il ne se serait jamais cru capable. Il sentit une bouffée de fierté l’envahir.

Décidemment, se dit Toto, la vie est pleine de surprises.

Posté par laviedetoto à 22:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Le linge

  • Il est beau ton projet minimaliste, Toto!

    Cela me fait penser à ce que Georges Perec appelle l'infra-ordinaire.

    On a encore beaucoup à découvrir sur la vie de Toto.

    On r'viendra!

    Posté par roudodoudourou, 31 mai 2009 à 10:58 | | Répondre
  • Cher toto, le lundi de pentecôte
    j'ai passé la matinée à faire la lessive.
    La machine n'a pas essoré.
    Il a fallu le faire à la main, sur le trottoir.
    Puis sécher pendant 30 minutes.
    Heureusement, il y avait une dame qui se faisait
    insulter par son mari parce qu'elle n'allait pas assez vite.
    Ca fait relativiser.

    Le Lavomatic, c'est vraiment la totale déprime.
    Le pire, c'est le soir.

    Posté par Lussie, 03 juin 2009 à 16:48 | | Répondre
Nouveau commentaire